Comment prier ?

Contents
  1. Prier, c’est parler à Dieu. Prier c’est entrer en communication avec Dieu, c’est entrer en relation avec lui, c’est connecter avec lui. Prier c’est se faire entendre de Dieu et se mettre à son écoute pour une réponse, une direction, une instruction, une révélation, un conseil, qu’il aura à nous donner en réponse à notre prière. Prier c’est se prévaloir du privilège de s’approcher du Trône de la Majesté de Dieu et s’adresser à notre Créateur lui-même. Dieu nous autorise et nous encourage à s’approcher de lui avec assurance et confiance dans le nom de Jésus son Fils. Jésus a dit de prier au Père céleste en son nom. Jésus dit de demander au Père en son nom et nous recevrons. Ne nous gênons donc pas. Mettons nous à l’aise avec Dieu. Prions avec confiance. Ayons foi en Dieu, croyons ce qu’il nous dit et prions avec Sa Parole dans la bouche.
  2. Quelques paroles de Jesus :
  3. « Quand vous priez, Ne faites pas comme les hommes faux : Ils aiment prier dans les maisons de prière Et au coin des rues, pour qu’on les voie. « Oui, c’est vrai, Je vous le dis, Ceux-là ont déjà leur récompense.
  4. « Pour toi quand tu veux prier Entre dans ta chambre, tire la porte, Prie Ton Père qui est là dans le secret Et Ton Père qui voit ce qui est caché te récompensera.
  5. « Dans vos prières, ce n’est pas le nombre des mots qui doit compter Comme pour ceux qui ne connaissent pas le vrai Dieu Ils croient qu’en parlant beaucoup, Ils se feront mieux écouter. Ne les imitez donc pas. Avant que vous le lui demandiez, Votre Père sait ce qu’il vous faut.
Prier, c’est parler à Dieu. Prier c’est entrer en communication avec
Dieu, c’est entrer en relation avec lui, c’est connecter avec lui. Prier
c’est se faire entendre de Dieu et se mettre à son écoute pour une
réponse, une direction, une instruction, une révélation, un conseil, qu’il
aura à nous donner en réponse à notre prière. Prier c’est se prévaloir
du privilège de s’approcher du Trône de la Majesté de Dieu et
s’adresser à notre Créateur lui-même. Dieu nous autorise et nous
encourage à s’approcher de lui avec assurance et confiance dans le
nom de Jésus son Fils. Jésus a dit de prier au Père céleste en son
nom. Jésus dit de demander au Père en son nom et nous recevrons.
Ne nous gênons donc pas. Mettons nous à l’aise avec Dieu. Prions
avec confiance. Ayons foi en Dieu, croyons ce qu’il nous dit et prions
avec Sa Parole dans la bouche.
Quelques paroles de Jesus :
« Quand vous priez,
Ne faites pas comme les hommes faux :
Ils aiment prier dans les maisons de prière
Et au coin des rues, pour qu’on les voie.
« Oui, c’est vrai, Je vous le dis,
Ceux-là ont déjà leur récompense.
« Pour toi quand tu veux prier
Entre dans ta chambre, tire la porte,
Prie Ton Père qui est là dans le secret
Et Ton Père qui voit ce qui est caché
te récompensera.
« Dans vos prières,
ce n’est pas le nombre des mots qui doit compter
Comme pour ceux qui ne connaissent pas le vrai Dieu
Ils croient qu’en parlant beaucoup,
Ils se feront mieux écouter.
Ne les imitez donc pas.
Avant que vous le lui demandiez,
Votre Père sait ce qu’il vous faut.

Nous croyons que la Bible est la parole de Dieu

Contents
  1. La Bible est composée de l’ancien testament et du nouveau testament. Une collection d’écrits très variés (récits des origines, textes législatifs, récits historiques, textes prophétiques, poétiques, lettres, etc.), dont la rédaction s’est échelonnée sur plusieurs siècles (1500 ans, environ).
  2. Ce qui étonne vraiment, c’est l’homogénéité de cet ouvrage ; sachant que ses livres ont été écris par 40 auteurs qui ne se connaissaient pas. Ainsi donc plus de 40 générations ont travaillés sur cet ouvrage. D’origines diverse, rois, pécheurs , bergers , guerriers , hommes de loi, docteurs etc. « Mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » (2 Pierre ch.1, v.21)
  3. Chaque livre biblique est divisé d’abord en chapitres, qui sont eux-mêmes divisés en versets. Ces divisions n’existaient pas dans les textes originaux.
  4. Tout au long des 39 livres de l’Ancien Testament et des 27 du Nouveau Testament, Dieu révèle son mystérieux plan pour le salut et le pardon des hommes.
  5. C’est sans doute pourquoi, la Bible continue d’interpeller les hommes, génération après génération. Au moyen âge, en Europe, par la volonté de l’église, il fut interdit de traduire la bible en langue vernaculaire. Ceux qui l’entreprirent le firent au péril de leur vie. La bible demeura totalement inconnue du peuple. Luther dut attendre l’âge adulte pour en posséder une. On comprend l’explosion de la Réforme.
  6. Aujourd’hui encore, dans beaucoup trop de pays, des personnes payent de leur vie le fait de posséder ou de distribuer une Bible. Quelle message contient-elle ; que l’on se donne tant de mal à cacher ?
La Bible est composée de l’ancien testament et du nouveau testament. Une collection d’écrits très variés (récits des origines, textes législatifs, récits historiques, textes prophétiques, poétiques, lettres, etc.), dont la rédaction s’est échelonnée sur plusieurs siècles (1500 ans, environ).
Ce qui étonne vraiment, c’est l’homogénéité de cet ouvrage ; sachant que ses livres ont été écris par 40 auteurs qui ne se connaissaient pas. Ainsi donc plus de 40 générations ont travaillés sur cet ouvrage. D’origines diverse, rois, pécheurs , bergers , guerriers , hommes de loi, docteurs etc. « Mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » (2 Pierre ch.1, v.21)
Chaque livre biblique est divisé d’abord en chapitres, qui sont eux-mêmes divisés en versets. Ces divisions n’existaient pas dans les textes originaux.
Tout au long des 39 livres de l’Ancien Testament et des 27 du Nouveau Testament, Dieu révèle son mystérieux plan pour le salut et le pardon des hommes.
C’est sans doute pourquoi, la Bible continue d’interpeller les hommes, génération après génération.
Au moyen âge, en Europe, par la volonté de l’église, il fut interdit de traduire la bible en langue vernaculaire. Ceux qui l’entreprirent le firent au péril de leur vie. La bible demeura totalement inconnue du peuple. Luther dut attendre l’âge adulte pour en posséder une. On comprend l’explosion de la Réforme.
Aujourd’hui encore, dans beaucoup trop de pays, des personnes payent de leur vie le fait de posséder ou de distribuer une Bible. Quelle message contient-elle ; que l’on se donne tant de mal à cacher ?

Il n’est pas venu à l’improviste

Contents
  1. Plus personne aujourd’hui, n’oserait mettre en doute l’historicité de Jésus-Christ. Il y a 2000 ans en Palestine, il a laissé une empreinte indéniable de son passage. Celle-ci est reconnue universellement comme est admis le caractère moral unique de Sa vie et de Son enseignement. Quelques uns, toutefois, font preuve de réticence à accepter la nature divine du Christ et à reconnaître la réalité de Sa mission : Sauver les hommes de leurs péchés.
  2. Après tout, qu’est-ce qui prouve que Jésus de Nazareth n’est pas tout simplement un homme de grande piété que la seule naïveté populaire aura propulsé vers les cimes de la divinité ?
  3. Blaise Pascal, l’érudit chrétien du XVII ème siècle, traitant de cette question, écrivait : « la plus grande des preuves de Jésus-Christ sont les prophéties. » En effet, de tous les arguments concevables en faveur de la divinité de Jésus-Christ, y en a-t-il de plus convaincants que ceux constitués par l’infinie précision des prédictions concernant Sa naissance, Sa vie, Son ministère et Sa mort ?
  4. A travers l’Ancien Testament se dessine progressivement le thème central de la révélation biblique : le Messie (en grec « Christos ») viendra un jour sauver Son peuple.
  5. Les prophéties accomplissent deux objectifs :
  6. - D’abord, elles établissent, l’inspiration divine des écritures (seul Dieu peut voir le futur)
  7. - Ensuite, elles identifient sans ambiguïté qui est Christ.
  8. La diversité et la précision des prédictions bibliques, montrent que ces objectifs sont pleinement réalisés en Christ. De Sa naissance à Sa résurrection en passant par les hauts faits de son ministère tout était annoncé prophétiquement.
  9. En voici un échantillon :
  10. -Michée avait prédit que le Messie naîtrait à Bethléem (Michée 5 :2)
  11. -Esaïe avait annoncé les multitudes de guérisons qu’accomplirait le Seigneur (Esaïe 61 :1 ; 35 :5,6)
  12. -Zacharie avait décrit en son temps l’entrée du Christ dans Jérusalem, juché sur le dos d’un ânon (Zacharie 9 :9)
  13. -Esaïe et David avaient parlé de la mort et de la crucifixion du sauveur. Ils avaient décrit Ses mains et Ses pieds percés ; ils avaient dépeint la scène du tirage au sort de ses vêtements par les soldats ; ils avaient brossé le portrait du Fidèle Serviteur du très Haut – frappé, meurtri, affligé, et humilié pour les péchés des hommes(Psaume 22 :17-19, Esaïe 53 :3-9)
  14. Bref échantillon, des quelques soixante prédictions majeures que Christ a ainsi accomplies lors de Son passage ici-bas.
  15. Deux fait nous aident à apprécier ce que cela a de divin et surnaturel :
  16. - Historiquement, il est établie que ces prophéties sont antérieures d’au moins 150 à la venue de Jésus Christ, un grand nombre remonte à 1000 ans avant sa venue.
  17. - Les prédications messianiques proviennent d’une diversité d’auteurs sacrés dont la particularité est qu’ils aient vécu en des lieux et des époques fort éloignés. Blaise Pascal en avait très bien saisi les implications : « Quand un seul homme aurait fait un livre de prédictions de Jésus Christ… et que Jésus-Christ serait venu conformément à ces prophéties, CE SERAIT UNE FORCE INFINIE. Mais il y a bien plus ici, c’est une suite d’hommes, durant quatre mille ans, qui, constamment, et sans variation, viennent, l’un ensuite de l’autre, prédire ce même avènement « 
  18. - Pourquoi, est-on en droit de se demander, devant une évidence telle, savants et hommes du monde entier ne reconnaissent-ils pas Christ le Sauveur, pourquoi ne se mettent-ils pas à le suivre fidèlement ?
  19. La Bible verse de la lumière sur ce mystère – ce n’est pas par le moyen de la raison que l’on vient à Christ- un grand nombre, tout en connaissant la vérité ne s’y est pas soumis (Romain 1 :18). Le péché du monde est grand. Jésus, un jour, en mesurera l’entendue : « La lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préfèré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises » (Evangile de Jean 3 :19).
  20. - Parmi ceux qui s’arrogent du titre de chrétiens, que de chrétiens de nom seulement! Leur manque d’intérêt pour les choses spirituelles, l’insouciance qu’ils témoignent vis a vis des commandements du Seigneur sont autant de réquisitoires contre eux. Il ne suffit pas d’admettre que Jésus est le fils de Dieu pour qu’aussitôt l’on devienne chrétien. Les Ecritures sont éloquentes, il est nécessaire de venir à Christ repentant pour ses péchés et plein de foi pour le salut de l’âme. De fait, par la repentance il s’agit de renoncer aux péchés et de se reconnaître indigne de la bonté et de la miséricorde de Dieu. Et par la foi, devenu conscient de sa propre incapacité a vivre justement, il se tourne vers le Christ et accepte au travers de la mort substitutive du Christ sur la croix, l’offre du salut.
  21. - Par les prophéties, Dieu a donné aux hommes la preuve irréfutable de la divinité du Christ, afin de les convaincre de ce qui est vérité.
  22. - Par la crucifixion, cependant, Il leur a donne le gage de Son amour pour qu’ils soient sauvés en se convertissant à Jésus-Christ. Ce n’est plus une simple question de raison, mais de cœur. Paul, l’apôtre, écrivant aux Corinthiens, a fort bien cerne la chose :  » …La prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent, mais pour nous qui sommes sauves elle est une puissance de Dieu  » (1 Corinthiens 1 :18)
  23. - Si ce message vous touche tout particulièrement, contactez-nous. Une Bible pourra par exemple vous être donnée gratuitement et sans engagement; ou un rendez-vous peut être programmé.
  24. Que Dieu vous bénisse!
Plus personne aujourd’hui, n’oserait mettre en doute l’historicité de Jésus-Christ. Il y a 2000 ans en Palestine, il a laissé une empreinte indéniable de son passage. Celle-ci est reconnue universellement comme est admis le caractère moral unique de Sa vie et de Son enseignement.
Quelques uns, toutefois, font preuve de réticence à accepter la nature divine du Christ et à reconnaître la réalité de Sa mission : Sauver les hommes de leurs péchés.
Après tout, qu’est-ce qui prouve que Jésus de Nazareth n’est pas tout simplement un homme de grande piété que la seule naïveté populaire aura propulsé vers les cimes de la divinité ?
Blaise Pascal, l’érudit chrétien du XVII ème siècle, traitant de cette question, écrivait : « la plus grande des preuves de Jésus-Christ sont les prophéties. » En effet, de tous les arguments concevables en faveur de la divinité de Jésus-Christ, y en a-t-il de plus convaincants que ceux constitués par l’infinie précision des prédictions concernant Sa naissance, Sa vie, Son ministère et Sa mort ?
A travers l’Ancien Testament se dessine progressivement le thème central de la révélation biblique : le Messie (en grec « Christos ») viendra un jour sauver Son peuple.
Les prophéties accomplissent deux objectifs :
- D’abord, elles établissent, l’inspiration divine des écritures (seul Dieu peut voir le futur)
- Ensuite, elles identifient sans ambiguïté qui est Christ.
La diversité et la précision des prédictions bibliques, montrent que ces objectifs sont pleinement réalisés en Christ. De Sa naissance à Sa résurrection en passant par les hauts faits de son ministère tout était annoncé prophétiquement.
En voici un échantillon :
-Michée avait prédit que le Messie naîtrait à Bethléem (Michée 5 :2)
-Esaïe avait annoncé les multitudes de guérisons qu’accomplirait le Seigneur (Esaïe 61 :1 ; 35 :5,6)
-Zacharie avait décrit en son temps l’entrée du Christ dans Jérusalem, juché sur le dos d’un ânon (Zacharie 9 :9)
-Esaïe et David avaient parlé de la mort et de la crucifixion du sauveur. Ils avaient décrit Ses mains et Ses pieds percés ; ils avaient dépeint la scène du tirage au sort de ses vêtements par les soldats ; ils avaient brossé le portrait du Fidèle Serviteur du très Haut – frappé, meurtri, affligé, et humilié pour les péchés des hommes(Psaume 22 :17-19, Esaïe 53 :3-9)
Bref échantillon, des quelques soixante prédictions majeures que Christ a ainsi accomplies lors de Son passage ici-bas.
Deux fait nous aident à apprécier ce que cela a de divin et surnaturel :
- Historiquement, il est établie que ces prophéties sont antérieures d’au moins 150 à la venue de Jésus Christ, un grand nombre remonte à 1000 ans avant sa venue.
- Les prédications messianiques proviennent d’une diversité d’auteurs sacrés dont la particularité est qu’ils aient vécu en des lieux et des époques fort éloignés. Blaise Pascal en avait très bien saisi les implications : « Quand un seul homme aurait fait un livre de prédictions de Jésus Christ… et que Jésus-Christ serait venu conformément à ces prophéties, CE SERAIT UNE FORCE INFINIE. Mais il y a bien plus ici, c’est une suite d’hommes, durant quatre mille ans, qui, constamment, et sans variation, viennent, l’un ensuite de l’autre, prédire ce même avènement « 
- Pourquoi, est-on en droit de se demander, devant une évidence telle, savants et hommes du monde entier ne reconnaissent-ils pas Christ le Sauveur, pourquoi ne se mettent-ils pas à le suivre fidèlement ?
La Bible verse de la lumière sur ce mystère – ce n’est pas par le moyen de la raison que l’on vient à Christ- un grand nombre, tout en connaissant la vérité ne s’y est pas soumis (Romain 1 :18). Le péché du monde est grand. Jésus, un jour, en mesurera l’entendue : « La lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préfèré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises » (Evangile de Jean 3 :19).
- Parmi ceux qui s’arrogent du titre de chrétiens, que de chrétiens de nom seulement! Leur manque d’intérêt pour les choses spirituelles, l’insouciance qu’ils témoignent vis a vis des commandements du Seigneur sont autant de réquisitoires contre eux. Il ne suffit pas d’admettre que Jésus est le fils de Dieu pour qu’aussitôt l’on devienne chrétien. Les Ecritures sont éloquentes, il est nécessaire de venir à Christ repentant pour ses péchés et plein de foi pour le salut de l’âme. De fait, par la repentance il s’agit de renoncer aux péchés et de se reconnaître indigne de la bonté et de la miséricorde de Dieu. Et par la foi, devenu conscient de sa propre incapacité a vivre justement, il se tourne vers le Christ et accepte au travers de la mort substitutive du Christ sur la croix, l’offre du salut.
- Par les prophéties, Dieu a donné aux hommes la preuve irréfutable de la divinité du Christ, afin de les convaincre de ce qui est vérité.
- Par la crucifixion, cependant, Il leur a donne le gage de Son amour pour qu’ils soient sauvés en se convertissant à Jésus-Christ. Ce n’est plus une simple question de raison, mais de cœur. Paul, l’apôtre, écrivant aux Corinthiens, a fort bien cerne la chose :  » …La prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent, mais pour nous qui sommes sauves elle est une puissance de Dieu  » (1 Corinthiens 1 :18)
- Si ce message vous touche tout particulièrement, contactez-nous. Une Bible pourra par exemple vous être donnée gratuitement et sans engagement; ou un rendez-vous peut être programmé.
Que Dieu vous bénisse!

 

Histoire des chrétiens baptistes

Contents
  1. Même si le terme “baptiste” date d’il y a quelques centaines d’années, il y a toujours existé des gens ayant pour seul dirigeant le Christ, ayant pour seul fondement la Bible, voulant vivre leur foi sincère au quotidien.
  2. Le courant évangélique baptiste est principalement d’origine européenne. Au moment de la Réforme, est même avant, des groupes désignés comme “Anabaptiste” commencent à se répandre en Europe. Leur principale caractéristique est le baptême de celui qui a mis toute sa foi en Jésus Christ. Même si les Baptistes d’aujourd’hui ne sont les descendants directs de ces groupes, ils en sont au moins partiellement tributaires.
  3. En Angleterre, dans les années 1600, certaines congrégations veulent être indépendantes de l’État. Ces chrétiens anglais, persécutés, se réfugient en Hollande. C’est là que l’un d’entre eux, John Smith, arrive à la conviction que seul le baptême des croyants est conforme à la Bible. Lui et quelques autres sont baptisés par immersion en 1602. John Smith meurt en 1612, mais son ami, Thomas Helwys, retourne en Angleterre pour y fonder ce qui est en fait la première église baptiste. Il y a un essor rapide, et dès 1644 on compte 47 églises en Angleterre.
  4. Beaucoup de ces chrétiens émigrèrent en Amérique, et y créèrent des églises selon leurs convictions. D’autres églises baptistes continuèrent de se développer en Angleterre. Il faut attendre le début du XIXème siècle pour voir des églises baptistes s’implanter en France. Dans le nord de la France, un agriculteur trouve une Bible; sa lecture le change profondémment. Il se joint avec sa femme à d’autres; persuadé de l’importance d’une conversion personnelle à Jésus Christ, ainsi que du baptême par immersion pour le démontrer. C’est ainsi que la première église baptiste de France voit le jour à Nomain, dans le Nord. En 1832, on compte déjà 5 à 6 églises dans cette région. Quelques années plus tard, des églises baptistes s’implantent également en Bretagne, et en région parisienne. Aujourd’hui, on peut estimer qu’il y a environ 200 congrégation baptistes en France, soit indépendantes. soit regroupées dans des fédérations.
  5. Il existe des églises baptistes dans de nombreux pays. C’est aux États-Unis qu’elles sont les plus nombreuses, mais il y a également une représentation importante au Royaume-Uni, en Roumanie, en Ukraine, en Russie, et dans tous les pays où les chrétiens évangéliques sont en forte croissance: Brésil, Nigéria et de nombreux autres pays de l’Afrique, ainsi qu’en Inde.
Même si le terme “baptiste” date d’il y a quelques centaines d’années, il y a toujours existé des gens ayant pour seul dirigeant le Christ, ayant pour seul fondement la Bible, voulant vivre leur foi sincère au quotidien.
Le courant évangélique baptiste est principalement d’origine européenne. Au moment de la Réforme, est même avant, des groupes désignés comme “Anabaptiste” commencent à se répandre en Europe. Leur principale caractéristique est le baptême de celui qui a mis toute sa foi en Jésus Christ. Même si les Baptistes d’aujourd’hui ne sont les descendants directs de ces groupes, ils en sont au moins partiellement tributaires.
En Angleterre, dans les années 1600, certaines congrégations veulent être indépendantes de l’État. Ces chrétiens anglais, persécutés, se réfugient en Hollande. C’est là que l’un d’entre eux, John Smith, arrive à la conviction que seul le baptême des croyants est conforme à la Bible. Lui et quelques autres sont baptisés par immersion en 1602. John Smith meurt en 1612, mais son ami, Thomas Helwys, retourne en Angleterre pour y fonder ce qui est en fait la première église baptiste. Il y a un essor rapide, et dès 1644 on compte 47 églises en Angleterre.
Beaucoup de ces chrétiens émigrèrent en Amérique, et y créèrent des églises selon leurs convictions. D’autres églises baptistes continuèrent de se développer en Angleterre. Il faut attendre le début du XIXème siècle pour voir des églises baptistes s’implanter en France. Dans le nord de la France, un agriculteur trouve une Bible; sa lecture le change profondémment. Il se joint avec sa femme à d’autres; persuadé de l’importance d’une conversion personnelle à Jésus Christ, ainsi que du baptême par immersion pour le démontrer. C’est ainsi que la première église baptiste de France voit le jour à Nomain, dans le Nord. En 1832, on compte déjà 5 à 6 églises dans cette région. Quelques années plus tard, des églises baptistes s’implantent également en Bretagne, et en région parisienne. Aujourd’hui, on peut estimer qu’il y a environ 200 congrégation baptistes en France, soit indépendantes. soit regroupées dans des fédérations.
Il existe des églises baptistes dans de nombreux pays. C’est aux États-Unis qu’elles sont les plus nombreuses, mais il y a également une représentation importante au Royaume-Uni, en Roumanie, en Ukraine, en Russie, et dans tous les pays où les chrétiens évangéliques sont en forte croissance: Brésil, Nigéria et de nombreux autres pays de l’Afrique, ainsi qu’en Inde.

Qu’est-ce qu’un chrétien ? Sommes-nous tous chrétiens ?

On ne devient pas chrétien, (c’est à dire un enfant de Dieu, pardonné, et assuré d’être avec Dieu un jour), ni par sa famille, ni par sa religion, ni par un rite (comme le baptême). Le chrétien est celui qui, un jour, a pris conscience de ses péchés, s’en est repenti et a accepté que Jésus, par sa mort, le pardonne pour lui donner une pleine relation avec Dieu. Le chrétien a reconnu qu’il est incapable de faire quoi que ce soit pour mériter le don de Dieu qu’est le salut.
Pour désigner le fait de devenir chrétien, la Bible emploie le terme « naître de nouveau » (Evangile de Jean, chapitre 3, verset 3). Le fait d’être un chrétien n’est donc pas un processus, mais un acte instantané. Il n’y a pas d’étapes successives pour accéder à Dieu. Au moment où on se repent sincèrement devant Dieu, se fiant à Jésus au lieu d’en soi-même, on devient chrétien. Dans la Bible l’example le plus frappant, c’est peut-être celui du malfaiteur, crucifié à côté de Jésus, qui lui dit: « Souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton règne ». A cause de cette foi, Jésus lui fait cette garantie: « …aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis ».
Et vous? Quelle est votre réponse à la mort de Jésus? Indifférence? Simple acquiescement? Ou repentance, puis confiance totale? A vous de choisir – non pas une religion, mais une relation!